Comment éviter les coliques chez le cheval ?

La colique est utilisée pour designer des maladies gastro-intestinales. Mais, pour les vétérinaires, la colique n’est pas une maladie mais un signe de maladie. Le cheval est l’animal le plus exposé au risque de colique, à cause de ses conditions anatomiques. C’est quoi vraiment la colique et comment la traiter ?

Les causes de la colique

Les chevaux ont un intestin de 30 à 35m avec une grande variation de taille, un estomac réduit, caractérisé par un transit gastrique rapide, ce qui fait que pendant la journée le cheval vide son contenu à plusieurs reprises, en envoyant à l’estomac des aliments avec un degré insuffisant de digestion. Un régime alimentaire mal adapté, ainsi qu’une quantité d’eau insuffisante, trop froide ou contaminée, peuvent provoquer la colique du cheval. Des erreurs dans la nutrition et des parasites du tube digestif, peuvent aussi engendrer la colique.

Symptômes et traitements de la colique

Les symptômes dépendent du degré de la colique. Pour une colique faible, le cheval montrera tout simplement un comportement inquiet, comme donner des coups de pied au sol. Pour une colique modérée, les symptômes varient. Il est possible que le cheval s’allonge fréquemment ou même qu’il ait, toujours, besoin d’uriner. Dans les cas graves, les symptômes sont  apparents et brusques. Le cheval commence à se vautrer en faisant des mouvements brusques. Cela est dû à la douleur. Le cheval est également susceptible d’augmenter sa respiration et transpiration. Pour traiter la colique faible, il est bon que le cheval marche, cela l’empêche de se vautrer, qui pourra conduire à la torsion intestinale. Marcher permet au cheval d’éliminer les gaz, en réduisant la pression abdominale. Après l’examen initial par un vétérinaire, le traitement peut impliquer l’utilisation d’analgésiques. Dans tous les cas, le meilleur traitement est la prévention.

Comment prévenir une colique du cheval ?

Une fois, les causes de la colique connues, la meilleure prévention est  de les éviter. Quelques mesures préventives : corriger les altérations dans les dents pour une bonne mastication, faire des déparasitages périodiques du tube digestif, ne pas administrer de l’eau très froide, et être attentifs au rationnement des aliments. La colique est une maladie fréquente chez les chevaux et très douloureuse, voire mortelle. Le cheval vivant au pré, a rarement des coliques. Mais, la vie en box, avec ses contraintes, peut générer des graves coliques intestinales. La meilleure prévention des coliques intestinales, est la compagnie et la vie au pré.