Que faire en selle si le cheval a peur d’un « objet » ?

Une proie

Tout le monde sait que les chevaux sont des animaux méfiants et craintifs et il est donc normal qu’un cavalier se retrouve à devoir gérer un cheval qui a parfois peur de quelque chose.

Attitude

Ceux qui veulent pratiquer une bonne équitation doivent respecter et connaître les instincts du cheval sans les ignorer, les négliger ou vouloir les « éteindre ».

La bonne attitude est de considérer chaque situation difficile en selle comme une opportunité et de l’ utiliser pour entraîner le cheval à devenir un meilleur partenaire .

Possibilité de grandir en tant que chevalier et de vous entraîner à garder le contrôle de la situation, transformant chaque « accident » en un petit inconvénient plutôt qu’un problème grave ou répétitif.

Stratégies

Les chevaux ont la capacité de changer leur comportement par l’ expérience et d’ apprendre des choses de multiples façons . Le même résultat peut être obtenu en suivant différentes procédures.

Il s’agit de leur faire comprendre ce que nous voulons et de choisir quels sont les modes de communication les plus efficaces , les plus adaptés aux circonstances, en fonction des objectifs à atteindre.

Méthodes

Lorsqu’il s’agit de travailler avec un cheval qui a peur d’un objet, il existe de nombreuses méthodes qui expliquent comment se comporter en fonction du terrain mais peu qui expliquent de manière efficace en selle.

Éperonner le cheval

Lorsqu’il arrive que le cheval s’arrête et ne veuille pas avancer par peur , la chose la plus instinctive qui vient à ceux qui ne sont pas très expérimentés est de le pousser en avant. Augmentez la pression des jambes, encouragez-le avec la voix, utilisez un fouet ou des éperons, etc.

Cette méthode peut fonctionner lorsque le cheval hésite un peu sur ce qu’il doit faire et n’a pas trop peur, mais dans la plupart des cas, elle génère une réaction totalement opposée.

Si le cheval a peur et que vous le poussez à se diriger vers l’objet, il est très probable qu’il commencera à reculer, à se cabrer ou à tenter de se retourner pour s’échapper.

Éviter l’objet

Il existe certaines méthodes qui encouragent le cycliste à éviter de passer à proximité de l’objet redouté et à choisir les chemins alternatifs comme d’autres étapes ou un objet spatial distant . Il ne fait aucun doute que du point de vue de la sécurité , c’est une sage décision mais éviter un problème ne signifie pas le résoudre.

Côte à côte avec un autre cheval

Notamment pour les promenades, de nombreuses méthodes préconisent pour les chevaux les plus précaires ou craintifs, de rejoindre les chevaux plus expérimentés.

Étant des animaux qui vivent en troupeau, il est connu que les chevaux sont très influencés et influencés lorsqu’ils sont en compagnie et qu’avoir des sujets calmes aide souvent à calmer les autres.

Le seul problème avec cette méthode est qu’habituer les chevaux à s’influencer les uns les autres les amène à toujours considérer le moins le cavalier et devient un vrai problème quand on veut sortir seul.

Persuader le cheval

C’est une méthode très populaire pour « persuader » le cheval dans le but de le calmer et de le convaincre que l’objet qu’ils craignent ne lui fera pas de mal.

Gardez votre calme, laissez le cheval immobile, faites des caresses, murmurez des mots rassurants, etc. sont les comportements les plus utilisés.

Certes, «être gentil» est toujours une excellente approche et même dans ces situations, il est probable qu’à la fin mais cela fonctionne bien car cela nécessite beaucoup de temps, il n’est pas dit que cette méthode résout le problème si vous deviez soumettre à nouveau à d’autres occasions.

A mon avis ce n’est pas « la voix et les caresses » qui calment un cheval effrayé comme beaucoup veulent le croire, mais simplement le fait de lui donner plus de temps pour évaluer la situation par les sens et la traiter.

Alors, sans doute est-ce certainement plus efficace que de devenir nerveux, de tirer les rênes ou d’être « agressif » et c’est un fait.

Approche et retraite

Une méthode largement utilisée consiste à faire acquérir au cheval confiance et courage petit à petit non seulement en essayant de le calmer mais aussi en le déplaçant avec « approche et recul » sur l’objet.

Une action qui consiste à donner une impulsion au cheval car restes quelques pieds (le sortir de la zone de confort ) puis le laisser reculer (pour le faire revenir dans la zone de confort ). Avancez et reculez jusqu’à ce que le cheval atteigne progressivement l’objet et cesse de le craindre.

Débloquer le cerveau d’un cheval effrayé par le mouvement va bien plus vers son instinct que de vouloir le calmer en le faisant s’asseoir mais cette « technique », idéale pour le travail au sol, peut présenter de nombreuses difficultés si elle est pratiquée en selle.

Méthodes alternatives

La méthode gabrielecavalli

La méthode gabrielecavalli n’est rien d’autre que le meilleur de ce que j’ai pu apprendre en plus de trente ans d’ expérience, filtrée, sélectionnée et mise à disposition de personnes qui aiment les chevaux et ont soif de connaissances. Cette méthode propose souvent des solutions différentes, des alternatives aux plus connues et dans le cas des chevaux qui ont peur d’un objet, elle s’adapte à trois situations différentes en selle.

1-Espace autour de l’objet

Si l’objet qui effraie le cheval a suffisamment d’espace libre autour de lui, la méthode consiste à faire bouger le cheval en réalisant des demi-spirales.

Il part de loin, éventuellement au trot et commence à faire des cercles autour de l’objet.

Tous les deux cercles vous font changer de main, avec la tête du cheval face à l’objet et deux autres cercles sont faits dans la direction opposée.

Le but est de partir d’une distance où le cheval n’a pas trop peur et est contrôlable et s’approche progressivement de l’ objet jusqu’à ce qu’il l’atteigne et le surmonte.

La différence avec l’approche et la retraite est que vous ne vous déplacez pas en ligne droite mais en cercle et il n’y a pas de pause jusqu’à ce que l’objet soit atteint .

2-Sans espace autour de l’objet

Si l’objet qui effraie le cheval n’a pas d’espace autour de lui, la méthode consiste à faire des demi- spirales devant l’ objet.

Nous partons d’une distance où le cheval est contrôlable et commençons à faire des cercles devant l’ objet.

Tous les deux cercles changent de main, avec la tête du cheval tournée vers l’objet et sont accomplis deux autres cercles dans la direction opposée. Le nombre total de cercles est celui nécessaire pour atteindre l’objet.

Une fois que vous atteignez l’objet, vous vous arrêtez et laissez le cheval le sentir, le toucher ou simplement vous y reposer .

3-Sans objet spécifique

Si le cheval a peur de quelque chose mais ne sait pas exactement quoi, la méthode consiste à faire des bobines.

L’ allure doit être le trot, dans lequel le cheval est suffisamment engagé mais contrôlé en même temps.

Avancez en imaginant de faire des « huit » attachés les uns aux autres, en guidant le cheval avec une rêne à la fois afin de fléchir suffisamment la tête, l’encolure et les côtes .

Après quelques serpentines, le cheval est mis au pas avec carte blanche pour vérifier s’il a encore peur et finalement la séquence est répétée .

notions

Dans toutes ces trois situations, le concept est de ne pas laisser le cheval raidir le corps de peur et bloquer l’attention sur l’ objet qui l’ effraie mais de continuer à bouger en mettant l’ attention sur nous tout au long de l’exercice jusqu’à ce qu’il se détende.

Le fait d’ engager le cheval avec les exercices permet à l’animal de télécharger la peur à travers le mouvement de détourner l’attention de celui qui s’occupe de nous et se tourne vers nous.

Les chevaux ne peuvent penser à une chose à la fois et plus concentré , ils sont sur le pilote le moins ils vont trouver quelque chose à craindre.